Grammaire française 1

Publié le par Do-Hurinville



Difficultés de la grammaire française pour un Vietnamien

 

Les Vietnamiens éprouvent souvent des difficultés pour apprendre le français. Dans cet article, il ne saurait être question de recenser tous les problèmes liés à l’apprentissage de cette langue, mais simplement de me limiter à deux domaines grammaticaux français particulièrement significatifs à cet égard : les articles et le système verbal. Sans omettre toutefois de rappeler d’entrée de jeu que le français et le vietnamien sont, la première une langue flexionnelle - comme de nombreuses langues occidentales - , la seconde une langue isolante - comme diverses langues orientales, tel le chinois - , ce qui bien sûr ne simplifie pas la tâche.

Rappelons brièvement ce qu’on entend par langue flexionnelle et langue isolante. Une langue flexionnelle comporte de nombreuses variations dans la forme des noms et des verbes. En français, la flexion s’applique aux verbes (conjugaisons verbales : j’aime, j’ai aimé, j’aimerai, etc.), aux adjectifs et aux noms (opposition du masculin au féminin et du singulier au pluriel : beau - belle, ami - amie, cheval - chevaux, table - tables, etc.), tandis que dans une langue isolante, les phrases sont formées de mots invariables, ordinairement monosyllabiques, et les rapports grammaticaux ne sont marqués que par l’ordre des mots ou l’intonation qu’on leur donne.

Cela dit, examinons les difficultés d’apprentissage spécifiquement liées, d’une part aux articles, d’autre part au système verbal français.

Les articles

On distingue en français trois types d’articles : l’article défini (L’homme est mortelLes chiens sont plus grands que les chats), l’article indéfini (Je vois des fleurs, Un chien est plus grand qu’un chat) et l’article partitif (J’ai mangé du riz, Je bois du lait). Certains grammairiens parlent aussi d’« article zéro » comme dans la phrase Pierre qui roule n’amasse pas mousse, quand le substantif n’est précédé d’aucun article.

Les apprenants vietnamiens débutants, habitués à leur langue dépourvue d’articles, et qui n’ont pas encore acquis une maîtrise suffisante du français, omettent très souvent de se servir des articles comme dans les exemples : Je mange riz, Je bois lait, etc. Ces phrases fautives sont le résultat de la traduction littérale des phrases vietnamiennes : Je / manger / riz ; Je / boire / lait.

Une fois conscients de l’existence des articles en français, ils sont confrontés à une difficulté très subtile : faire la distinction entre les articles définis, les articles indéfinis et les articles partitifs.

Lorsqu’un nom représente une notion abstraite (courage par exemple), on utilise l’article partitif : Paul a du courage. Mais, dès qu’on y ajoute un adjectif ou un complément, on recourt respectivement à l’article indéfini : Paul a un grand courage, ou à l’article défini : Paul a le courage de son père.

Plus délicats encore pour les Vietnamiens sont les problèmes suivants : Pourquoi dit-on Une histoire de chasseur et non Une histoire d’un chasseur ? Pourquoi omet-on l’article dans : avoir le mal de mer, armée de terre, mais non dans : avoir le mal de l’air, avoir le mal de la route, avoir le mal des montagnes, armée de l’air ? Et il leur faut saisir la différence de sens entre la notion du temps et la notion de temps, ou entre on parle de l’amour, on parle d’amour, on parle amour. 

Le système verbal

S’agissant d’une langue isolante, tous les mots vietnamiens sont invariables. En d’autres termes, les conjugaisons verbales n’existent pas. C’est la raison pour laquelle les Vietnamiens appréhendent très difficilement le système verbal français. Grâce à mon expérience personnelle et à des conversations avec des étudiants vietnamiens, je me suis aperçu que l’emploi de l’imparfait, du passé simple et du passé composé leur donnait bien du fil à retordre.

Selon certains manuels d’apprentissage du français, l’imparfait sert à exprimer des actions longues et répétitives. On ne sera donc pas surpris d’entendre les Vietnamiens débutants formuler des phrases fautives comme Je visitais la France trois fois au lieu de J’ai visité la France trois fois. J’habitais Paris pendant cinq ans (ou de 1980 à 1985) au lieu de J’ai habité Paris pendant cinq ans (ou de 1980 à 1985).

En effet, lorsqu’on a affaire à des groupes nominaux comme trois fois, quatre fois, x fois, etc., qui précisent la fréquence exacte d’une action passée, ou aux circonstanciels de temps pendant X ans et de 19XX à 19XX, qui déterminent explicitement la durée d’une action passée, on utilise le passé composé (ou le passé simple), et non l’imparfait, car ce dernier sert à exprimer une action en cours d’accomplissement, à la différence du passé composé qui sert à traduire une action accomplie.

L’imparfait est compatible avec des adverbes ou des circonstanciels de temps comme de temps en temps, de temps à autre, parfois, tous les jours, tous les matins, tous les soirs, etc., qui ne précisent pas la fréquence exacte, pour marquer la répétition d’une action passée : Paul le voyait de temps en temps (ou de temps à autre ou parfois). Tous les matins, Paul se levait à huit heures, mais Paul l’a vu (ou le vit) trois fois (Mais A cette époque-là, Paul le voyait trois fois par jour). Trois matins de suite, Paul s’est levé (ou se leva) à huit heures, car la fréquence est bien précisée dans ces deux dernières phrases. Toutefois, ces observations sont loin d’être absolues, car on peut rencontrer Il était directeur pendant la guerre, où la préposition pendant est suivie d’une durée moins précise.

Pourquoi enseigne-t-on que le passé simple vise à exprimer des actions brèves ? En réalité, des phrases comme : Il marcha trente jours, il marcha trente nuits. (Hugo, Légende des siècles). Nous restâmes longtemps à table. (Radiguet, Le Diable au corps). Le Moyen Âge dura mille ans, sont abondantes dans la littérature française. Ces exemples montrent que ce ne sont pas les actions qui sont brèves, mais leur perception ou leur vision qui est globale.

Les Vietnamiens pensent que le passé composé traduit une action proche, que le passé simple exprime une action éloignée, et qu’en outre le choix du passé simple relève d’un style soutenu. Les trois exemples suivants empruntés à la presse française sont susceptibles de les dérouter. Il convient donc, pour un étudiant vietnamien, de ne pas imiter ce type de mélange de temps verbaux. « Le général Beauvallet a commandé la 2e région militaire en 1965 avant de devenir gouverneur militaireDe février 1970 à juin 1973, il fut secrétaire général de la Défense nationale (Le Figaro, Disparitions, 19/01/2000) » « Le 3 octobre…, la Scottish a eu l’affligeante trouvaille de diffuser des applaudissements et acclamations préenregistrés, pour faire nombre. Scandale. Le public en prit ombrage. (Le Monde, 30/10/1999) » « D’abord, il y a eu le Journal de monsieur NabeEnsuite, il y eut les réflexions du même acabit de monsieur Camus dans son Journal de campagne… (Epok, Edito, n°8, 2000) »

Il convient de souligner que l’emploi de l’imparfait, du passé simple et du passé composé peut modifier le contenu d’une phrase. Les nuances exprimées dans les exemples suivants sont difficilement perçues par les apprenants vietnamiens : Le général attaqua l’ennemi qui se retira (le retrait est dû à l’attaque). Le général attaqua l’ennemi qui se retirait (l’attaque a lieu au moment où le retrait est déjà entamé). Lorsqu’il a annoncé cette nouvelle, j’ai été triste (je suis triste à cause de cette nouvelle). Lors qu’il a annoncé cette nouvelle, j’étais triste (la nouvelle est annoncée au moment où je suis déjà triste, pour une autre raison).

Je pense que lorsqu’on enseigne les articles français aux étudiants étrangers en général et aux Vietnamiens en particulier, on devrait donner des exemples soulignant les nuances existant entre l’article défini, l’article indéfini et l’article partitif. Quant à l’apprentissage du système verbal français, il faudrait combattre tous les clichés relatifs aux trois temps verbaux évoqués brièvement ci-dessus. Et aussi, par exemple en ce qui concerne le subjonctif, cesser de dire qu’il ne sert qu’à exprimer une action virtuelle, non réelle, alors qu’une phrase comme Je suis content que tu sois venu me voir hier exprime un fait bien réel.

En conclusion de cet article, je voudrais insister ici sur un point qui me paraît capital : la faculté d’apprentissage d’une langue étrangère par les adultes.

Mon expérience d’enseignant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) pendant quatre ans (2000-2004) m’a permis de prendre pleinement conscience des difficultés langagières rencontrées chez un apprenant adulte, et surtout chez un Français qui apprend le vietnamien ou chez un Vietnamien qui apprend le français. Ceux-ci, dont l’esprit est imprégné des habitudes langagières de leur langue maternelle, sont amenés à s’appuyer, d’une façon consciente ou inconsciente, sur les structures de celle-ci pour s’exprimer dans la langue étudiée, ce qui engendre des erreurs interlinguales et des interférences. Ils ont tendance à vouloir brûler les étapes. La plupart du temps, ils apprennent par raisonnement, car il leur est difficile d’apprendre par imprégnation les structures de la langue étudiée. Je suis donc convaincu, s’agissant des adultes et de leurs difficultés spécifiques, et quelle que soit la langue étudiée, qu’il conviendrait de mettre en œuvre une pédagogie qui leur soit propre. C’est pourquoi, je me réjouis d’avoir constaté que, depuis une dizaine d’années, de nouvelles méthodes d’apprentissage du français pour adultes sont utilisées par les enseignants vietnamiens. Pour ma part, j’essaierai, dans les années à venir, d’apporter ma modeste contribution à l’enseignement du français au Vietnam, notamment en aidant les étudiants et les enseignants à mieux maîtriser l’emploi des articles et le système verbal français. J’espère de tout cœur qu’une nouvelle approche de ces deux domaines grammaticaux, redoutés depuis toujours par les Vietnamiens, les incitera à s’y intéresser.

Article paru dans la revue Défense de la langue française, avril 2005, n° 215, p. 26-29

Danh Thành DO-HURINVILLE


 

 

 

 

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article